Les administrations maritimes du Togo s’entraînent à la lutte contre la pêche INN

0
92
Participants atelier pêche INN au Togo

A la demande du Togo, GoGIN a organisé un entraînement à la lutte contre la pêche INN du 25 juin au 3 juillet 2019 à Lomé, avec le concours du projet européen PESCAO, appuyé lui-même par des cadres du CSRP (Commission Sous Régionale des Pêches).

Articulé en trois phases (enseignement théorique, lectures nationales et entrainement grandeur réelle), ce rendez-vous avait pour principal objectif de tester le dispositif « polpêche » national, dans l’espace maritime économique exclusif togolais (ZEE).

La formation technique, dispensée par les experts du CSRP (CV Babacar Ba et Ingénieur des pêches Cheikh Fall) et de GoGIN (Eric Glotin et CDT Aboubacar Camara de la Préfecture maritime de Guinée), a couvert les thématiques utiles à la bonne conduite d’une opération de lutte contre la pêche INN (notions techniques et juridiques, pratique du contrôle, connaissance des navires, espèces et engins de pêche).

La phase de lecture a concerné le code de la pêche (loi 2016-026), et le nouveau code pénal, ainsi que les résultats engrangés par la Commission Sous Régionale des Pêches (CSRP) pour faciliter un traitement régional de la pêche INN.

La phase de mise en œuvre, sous forme d’une opération de police des pêches, a été pilotée par l’équipe GoGIN, après un briefing de l’opération réalisée par le chef de cabinet de la Préfecture Maritime. Le 2 juillet, une opération de police des pêches a été lancée dans la ZEE togolaise et a conduit à un contrôle réel d’un bateau de pêche par une équipe de visite multidisciplinaire, comprenant à la fois un noyau chargé de la sécurité et des inspecteurs détenant les compétences administratives nécessaires au contrôle des pêches. L’opération s’est poursuivie par une phase d’enquête de pavillon et un travail de réflexion menée par une cellule basée au COM, fournissant au préfet maritime la matière nécessaire à la prise de décision. Un avertissement a été signifié au navire ghanéen, pêchant dans la ZEE du Togo.

Cette phase s’est achevée par un debriefing où des points d’amélioration ont été identifiés et si nécessaire, remontés aux organes de décision. Ils concernent l’organisation d’une crise, la mission de police des pêches et la coopération maritime entre le Togo et le Ghana.

L’atelier a été clôturé par le Préfet maritime du Togo, le capitaine de vaisseau Neyo Takougadi. Il a réuni une quarantaine d’agents issus d’une quinzaine d’administrations impliquées dans la lutte contre la pêche illégale (dont la marine nationale, la direction des pêches et de l’aquaculture, les affaires maritimes, le Port Autonome de Lomé, la gendarmerie maritime, la direction de l’environnement). A noter que 4 participants venaient du Bénin voisin (marine nationale, direction des pêches, affaires maritimes) preuve de l’importance de la coopération régionale.

Cette nouvelle formule couplant atelier et opération a prouvé sa pertinence. Deux objectifs importants ont été atteints :

  • L’amélioration de la fonction contrôle des pêches.
  • La réalisation d’une action démonstrative sur la problématique de délimitation des espaces maritimes.

A l’avenir une opération d’envergure régionale devrait être menée avec les pays voisins pour tester l’efficacité du partage d’information et la coordination régionale.

Partager/Share