GoGIN parmi les amis du Golfe de Guinée (G7++)

0
72

La réunion plénière annuelle du G7++ des Amis du Golfe de Guinée s’est tenue les 5 et 6 novembre 2019 à Accra, au Ghana. Co-présidée par le vice-ministre de la Défense ghanéen et la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées française, cette réunion a rassemblé plus de 200 représentants de 21 pays et 9 organisations régionales et internationales : les 15 pays et 3 organisations internationales membres du G7++ FoGG, ainsi que les 19 pays riverains du golfe de Guinée, les trois organisations régionales africaines, l’Office des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et l’Organisation maritime internationale (OMI). L’industrie maritime et la société civile étaient également représentées.

Cette rencontre a permis aux acteurs majeurs de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée de s’exprimer sur leur vision de l’opérationnalisation de l’architecture interrégionale de sécurité maritime mise en place en 2013 et sur les voies à suivre pour renforcer la lutte contre toutes les formes d’insécurité maritime.

Lors de cette réunion, le projet européen GoGIN a pu expliquer comment il appuyait les 27 centres de l’architecture de Yaoundé, aux côtés des autres initiatives nationales et internationales. Bertrand Demez, coordinateur du projet, a présenté les activités et Yvonnick Lanoe, expert organisation, était le rapporteur du groupe de travail Finances. Isabelle Gachie a assuré la visibilité de cet évènement.

Restitution des groupes de travail

La première journée a été consacrée à la restitution des 5 groupes de travail établis en juin 2019 lors d’une réunion à Bruxelles :

Groupe 1 : Questions juridiques (rapporteur : CV Cyrille Serge Atonfack Guemo, Directeur de la communication, Marine du Cameroun)

Plusieurs points d’amélioration ont été proposés concernant : (1) l’harmonisation des procédures d’échange de preuves et de suspects entre les États ; (2) l’harmonisation de la législation sur le droit de poursuite et processus connexes; (3) la correction des articles 6 (Mesures de répression de la piraterie) et 7 (Mesures visant à réprimer les vols à main armée à l’encontre des navires) du code de conduite de Yaoundé afin de renforcer les actions de police en mer ; (4) l’ajustement du cadre juridique pour autoriser l’embarquement d’officiers sur des navires d’un autre état.

Groupe 2 : Finances (rapporteur : Yvonnick Lanoe, expert organisation et finances de GoGIN)

La CEDEAO n’ayant pu réaliser ce travail, c’est finalement l’expert de GoGIN qui a restitué les évaluations réalisées par le projet au profit du CRESMAC, du CRESMAO et du CIC, portant sur le budget de fonctionnement des centres.

Groupe 3 : Connaissance du domaine maritime (MDA) (rapporteur : Commandant Yussif Benning, Marine du Ghana et Directeur du CMC zone F)

Les travaux de ce groupe ont été menés en coopération avec le projet GoGIN. L’intervenant a mis en avant la nécessité de mettre en place des procédures d’échange d’informations associant les administrations, l’industrie maritime et les usagers de la mer et d’instaurer un climat de confiance entre tous les intervenants. Concernant les systèmes d’échange d’information, il considère que YARIS constitue une réponse pour l’AY.

Groupe 4 : Formation et entraînement (rapporteur Capitaine Alioune Diop, HASSMAR, Sénégal)

Ce groupe a conclu qu’il fallait aboutir à la mise en place d’un plan d’action, déjà élaboré en partie par le CIC, visant à la formation et au suivi :

  • des cadres de niveau intermédiaire travaillant au profit de l’architecture de Yaoundé,
  • du personnel civil et militaire des agences maritimes nationales,
  • du personnel civil et militaire des structures maritimes nationales et des organes de l’architecture de Yaoundé.

Groupe 5 : Économie bleue (rapporteur : Mr Binessi Komian Akakpo, Togo)

Ce groupe a identifié les pistes suivantes :

  • Développer des ports et un transport maritime propres et sûrs,
  • Développer une pêche et une aquaculture locales durables,
  • Favoriser les développements économiques locaux et durables dans le domaine maritime grâce à la création de partenariats public-privés,
  • Développer des énergies propres, à la fois offshore et renouvelables,
  • Développer l’écotourisme dans le golfe de Guinée.

Présentations et démonstration à bord de La Somme

La deuxième journée s’est déroulée à bord de la frégate française La Somme, où les invités ont pu assister aux présentations d’initiatives pour renforcer la sécurité maritime (GoGIN, SWAIMS, ONUDC, etc.), au débriefing de l’exercice Grand African Nemo (GANo) mais aussi à une démonstration d’intervention à bord avec la collaboration des marines du Ghana, de l’Espagne et de la Belgique.

Le debriefing de l’exercice GANo a été fait en deux temps :

Le vice-amiral d’escadre Lozier, préfet maritime Atlantique, a présenté les acquis de l’exercice qu’il a coordonné du 29 octobre au 4 novembre dans les eaux du Golfe de Guinée et qui a regroupé 18 pays du GdG, ainsi que la France, les USA, la Belgique, l’Espagne, le Portugal et le Brésil. Les scénarios de GANo ont été élaborés en coordination avec les CRES et les CMC. Le projet GoGIN a déployé 5 observateurs (CMC zones D,E,F et G et COM Banana RDC).

Le capitaine de vaisseau Noël Ouboumou, directeur des opérations du CRESMAO, a conclu que l’exercice GANo est une opportunité permettant à l’Architecture de Yaoundé d’évaluer son niveau d’opérationnalisation. La participation importante des partenaires montre bien l’intérêt de la communauté internationale pour des solutions aux problèmes de sécurité dans le golfe de Guinée.

En conclusion

La participation à ces évènements a permis de donner de la visibilité au projet GoGIN et de constater que ses actions sont reconnues. En particulier, le développement de YARIS est désormais connu et certains partenaires de l’AY se l’approprient. Par ailleurs les exposés menés à l’occasion des différentes séances de travail démontrent que des plans d’action sont clairement identifiés (formation, coopération transnationale, échange d’information). Ces plans d’action mériteront d’être suivis et soutenus par les projets européens.

La prochaine coprésidence du G7++ sera assurée par les USA et le Gabon.

Partager/Share